100SILEX, de 0 à 100 s: diffĂ©rents
1146 Glaucus atlanticus
Glaucus atlanticus, parfois appelĂ© glaucus atlantique ou francisĂ© en glauque dans les Ă©crits anciens, est une petite espĂšce de nudibranche de la famille des GlaucidĂ©s. C'est un mollusque gastĂ©ropode dĂ©crit comme Ă©lĂ©gant par ses formes et ses couleurs, mĂȘlant le blanc et le gris perle Ă  diffĂ©rents tons de bleu. Il vit dans toutes les eaux tempĂ©rĂ©es ou tropicales, oĂč il flotte Ă  la surface des eaux parmi le pleuston, la face ventrale tournĂ©e vers la surface. Il se nourrit principalement d'hydrozoaires dont il tire son pouvoir urticant, y compris pour l'Homme, en conservant certains nĂ©matocystes. Glaucus atlanticus est hermaphrodite et pond des chapelets d'Ɠufs laissĂ©s Ă  la dĂ©rive ou fixĂ©s sur les cadavres des proies des adultes. Au cours du XIXe siĂšcle, plusieurs grands naturalistes, pour une bonne part français, l'ont dĂ©crit Ă  plusieurs reprises, en dĂ©signant par de nombreux noms scientifiques diffĂ©rents chacune des formes, mais les Ă©tudes plus rĂ©centes ont conclu Ă  la synonymie de l'ensemble de ces noms. G. atlanticus est trĂšs proche de Glaucus marginatus, l'unique autre espĂšce du genre Glaucus et de la famille — dans l'acception la plus stricte de cette derniĂšre — et qui Ă©tait autrefois placĂ©e dans un genre monotypique sĂ©parĂ©, Glaucilla.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Glaucus_atlanticus

983 Test de @font-face sur les différents navigateurs
La rĂšgle CSS @font-face est la rĂ©ponse de CSS aux besoin des webdesigners d’utiliser une typographie personnalisĂ©e, ne dĂ©pendant pas des fontes installĂ©es sur le poste informatique du visiteur d’un site. Elle permet de demander au navigateur de tĂ©lĂ©charger un fichier de fonte, et de l’utiliser pour un nom de fonte donnĂ©. Plus d’informations sont disponibles sur AlsacrĂ©ations: Comment utiliser une fonte «non-standard» sur un site Web? Nous allons tenter d’utiliser @font-face avec tous les navigateurs qui supportent cette rĂšgle d’une maniĂšre ou d’une autre.
http://covertprestige.info/css/font-face/

974 musikgear » Blog Archive » Sonic Forest sur Etsy
Des cordes de tirants différents, un micro contact, une caisse de résonance et une prise femelle. 30 euros sur Etsy.
http://www.musikgear.com/?p=2049

925 Forum Holga, SX70, pinhole,polaroid... canette ou boite Ă  chaussures; tout le cheap est ici ~
Holg4.org ? Ami(e)s photographes, Bienvenue sur h0lg4.org, le portail francophone dĂ©diĂ© aux photographies cheap et aux appareils exotiques. Vous ĂȘtes un fĂ©ru de bidouillage photographique ou un parfait dĂ©butant ? Holga est votre prĂ©nom prĂ©fĂ©rĂ© ? Vous voulez savoir comment prendre des photos avec une simple boĂźte de conserve ? Vous souhaitez expĂ©rimenter des modes photographiques diffĂ©rents, ou tout simplement visualiser ce qu'on obtient avec des appareils cheap ? Vous en pincez pour Diana ? Vous souhaitez partager vos impressions et vos expressions photographiques ? Devenez membre du forum en vous inscrivant, participez aux Ă©changes et crĂ©ez votre propre galerie en ligne. Armez votre bonne humeur, rĂ©glez votre curiositĂ© sur la plus grande ouverture, et dĂ©clenchez !!! Clic, clic, clic !!! Derniers articles € MĂ©thode de DĂ©veloppement C41 avec le kit digibase de Rollei. € DĂ©veloppement au HC-110 de la FP4 exposĂ©e en-dessous de sa sensibitĂ© € DĂ©velopper les films couleurs Ă  la maison (chimie C41) € Agat 18 € Great Wall DF Les derniĂšres interventions » Pavillon d'Aveyron ou une semaine chez mami » HĂŽtel 4 Ă©toiles » Symphonie en UT 18 ... » La boite de bonbon ... » Youkfou a sa flĂȘche... » Les accords d'LĂ©on » Exposition aux Baux de Provence » La grange » Ces inconnus. » apĂ©ro Hitchcockien
http://h0lg4.org/

916 HughLeCaine.com - Bonjour
Biographie On a qualifiĂ© le scientifique et compositeur canadien Hugh Le Caine (1914-1977) de "hĂ©ros" de la musique Ă©lectronique. Il a grandi Ă  Port Arthur (maintenant Thunder Bay) dans le nord-ouest de l'Ontario. TrĂšs tĂŽt, il a commencĂ© Ă  construire des instruments de musique et Ă  expĂ©rimenter avec des appareils Ă©lectroniques. Dans sa jeunesse, il imaginait des "sonoritĂ©s merveilleuses" qu'il pensait pouvoir rĂ©aliser Ă  l'aide de nouvelles inventions Ă©lectroniques. Hugh Le Caine travaillant dans le laboratoire de physique de l'UniversitĂ© Queen Ă  Kingston en Ontario, en 1938 AprĂšs l'obtention de son diplĂŽme de maĂźtrise en science Ă  l'UniversitĂ© Queen en 1939, il s'est joint au Conseil national de recherche du Canada (CNRC) Ă  Ottawa. Il a travaillĂ© au dĂ©veloppement des premiers systĂšmes de radar et en physique atomique, se distinguant comme scientifique et publiant d'importants articles dans ces domaines. Chez lui, il poursuivait ses recherches en musique Ă©lectronique et en gĂ©nĂ©ration de son. Il a montĂ© son studio personnel en 1945 oĂč il a dĂ©butĂ© son travail indĂ©pendant sur la conception d'instruments de musique Ă©lectroniques tels que la sacqueboute Ă©lectronique, un instrument monophonique trĂšs Ă©laborĂ© qui est maintenant reconnu comme le premier synthĂ©tiseur contrĂŽlĂ© par tension. Par la suite, Le Caine a dĂ©veloppĂ© des systĂšmes de contrĂŽle par tension pour une grande variĂ©tĂ© d'applications. En 1948, Le Caine est parti en Angleterre pour quatre ans oĂč il a fait des Ă©tudes en physique, poursuivant son travail en musique Ă©lectronique Ă  son retour au Canada. GrĂące aux dĂ©monstrations publiques de ses instruments, il a obtenu la permission de dĂ©placer ses activitĂ©s musicales au CNRC et de s'y consacrer Ă  plein temps en 1954. Pendant les vingt annĂ©es qui ont suivi, il a construit plus de vingt-deux nouveaux instruments diffĂ©rents. Il a collaborĂ© au dĂ©veloppement de deux des premiers studios de musique Ă©lectronique Ă  l'UniversitĂ© de Toronto (inaugurĂ© en 1959) et Ă  l'UniversitĂ© McGill Ă  MontrĂ©al (inaugurĂ© en 1964). Le laboratoire de Le Caine au CNRC a fourni pratiquement Ă  lui seul l'Ă©quipement pour ces deux premiers studios. Les composantes de la saqueboute ont Ă©tĂ© sĂ©parĂ©es en unitĂ©s indĂ©pendantes - ou modules - permettant au compositeurs de leur assigner une tĂąche spĂ©cifique au sein d'un ensemble. Le Caine a enseignĂ© aux deux universitĂ©s et a influencĂ© toute une gĂ©nĂ©ration de compositeurs de musique Ă©lectroacoustique. Ses nombreux articles et dĂ©monstrations personnelles ont eu un effet catalyseur dans la communautĂ© canadienne et internationale. Il a exercĂ© une influence indirecte sur le dĂ©veloppement du synthĂ©tiseur modulaire Moog par l'entremise de Gustav Ciamaga, qui Ă©tait familier avec les filtres de Le Caine et qui a par la suite encouragĂ© Robert Moog Ă  dĂ©velopper son filtre passe-bas contrĂŽlĂ© par tension. Un des aspects les plus importants des instruments de Le Caine est sans doute leur efficacitĂ© pour la performance, leur maniabilitĂ©. Son obsession pour le "beau son" l'a conduit Ă  concevoir des instruments capables de produire un jeu expressif nuancĂ© caractĂ©ristique de la tradition orchestrale. Il avait un sens aigu des besoins de l'interprĂšte afin que celui-ci puisse exĂ©cuter les gestes qui, selon Le Caine, constituent l'essence de la musique. À cet Ă©gard, la sensibilitĂ© au toucher a Ă©tĂ© un Ă©lĂ©ment essentiel et a Ă©tĂ© utilisĂ©e pour les claviers, les mixeurs et autres composantes, sous des formes d'application mĂ©canique, Ă©lectronique et au moyen de la sensibilitĂ© Ă  la lumiĂšre. Sur ce point, les conceptions de Le Caine Ă©taient tellement avancĂ©es que certaines des possibilitĂ©s qu'il a dĂ©veloppĂ©es n'ont connu d'application commerciale que dans les annĂ©es 1980. IdĂ©alement, un instrument de musique devrait offrir de bonnes qualitĂ©s sonores et une certaine flexibilitĂ© dans son contrĂŽle. Or ces deux objectifs ne sont pas toujours compatibles. Les instruments traditionnels exigent habituellement une longue formation avant que l'interprĂšte puisse tirer parti de leurs qualitĂ©s musicales. Dans la conception de ses instruments Ă©lectroniques, Le Caine a tentĂ© de mettre l'accent sur la maniabilitĂ© de l'instrument sans compromettre l'intĂ©gritĂ© de la musique. Chacune de ses crĂ©ations est une Ă©tude unique sur l'Ă©quilibre et le raffinement. Sur le CD, HUGH LE CAINE, COMPOSITIONS, DOMONSTRATIONS 1946-1974, nous pouvons entendre les enregistrements rĂ©alisĂ©s par Le Caine, oĂč il explore et fait la dĂ©monstration des possibilitĂ©s qu'offrent huit de ses instruments. Dripsody, sa composition de 1955 construite Ă  partir du son d'une seule goutte d'eau, compte encore parmi les exemples les plus jouĂ©s de musique concrĂšte. MalgrĂ© l'accueil favorable que ses compositions ont Ă  juste titre connu, Le Caine a conservĂ© une attitude critique Ă  leur Ă©gard : "Je ne me considĂ©rais pas comme un compositeur. Toutefois, j'ai senti que la seule façon de comprendre l'intĂ©rĂȘt du compositeur pour un instrument Ă©tait de l'utiliser moi-mĂȘme dans les diffĂ©rentes formes musicales actuelles." Son humour dĂ©prĂ©ciateur Ă  l'Ă©gard de lui-mĂȘme est Ă©vident dans certains des titres qu'il a donnĂ©s Ă  ses compositions, tel que A Noisome Pestilence (le titre est un calembours : l'anglais "noisome" signifie rĂ©pugnant ou fĂ©tide, mais suggĂšre Ă©galement "noise" qui signifie bruit, d'oĂč la traduction adoptĂ©e, "Une peste bruyante"). Lorsqu'on lui a demandĂ© pourquoi il avait nommĂ© sa premiĂšre composition Dripsody, il a rĂ©pondu : "Parce qu'elle a Ă©tĂ© Ă©crite par une goutte."
http://www.hughlecaine.com/fr/

766 [WS001] Circuit-Bending – Initiation « Gasol
Introduction Le Circuit-Bending ou Circuitage dĂ©signe l’activitĂ© qui consiste Ă  volontairement court-circuiter un appareil Ă©lectronique (gĂ©nĂ©ralement sonore) afin de provoquer des comportements inattendus pour le dĂ©tourner de son usage d’origine. Par exemple, un jouet sonore pour enfant ou une console de jeu gĂ©nĂ©reront des sons ou des images plus ou moins alĂ©atoires et imprĂ©visibles. Ce terme Ă  Ă©tĂ© introduit par Reed Ghazala dans les annĂ©e 60 lorsqu’il court-circuita accidentellement l’un de ses instruments. Mais des mĂ©thodes similaires ont Ă©tĂ© utilisĂ©es auparavant par d’autres musiciens et ingĂ©nieurs. Cette activitĂ© peut ĂȘtre assimilĂ©e Ă  une certaine forme d’art, de part le dĂ©tournement, l’appropriation et la personnalisation de ces appareils ainsi que leurs usages lors de performances audiovisuelles. C’est l’art du court-circuit. On rencontrera souvent les termes Circuit-Bender ou Bender pour dĂ©signer la personne qui effectue ces modifications et on parlera de Bends pour toutes modifications apportĂ©es Ă  l’appareil. Attention: Ne jamais tenter ces manipulations sur des appareils alimentĂ©s par une tension supĂ©rieure Ă  12V, risque d’électrocution. Ne pas torturer des appareils trop onĂ©reux ou auxquels on tient, en effet il existe un haut risque de casse irrĂ©versible qui transformera le jouet en un joli presse papier. Un peu de thĂ©orie Le Circuitage ne demande pas de grandes connaissances en Ă©lectronique, mais quelques bases sont nĂ©cessaires Ă  l’apprĂ©hension de cette activitĂ©. Notamment la reconnaissance des divers composants Ă©lectroniques qui seront utilisĂ©s ou court-circuitĂ©s. RĂ©sistances La rĂ©sistance est surement le composant le plus rĂ©pandu. Sa principale caractĂ©ristique est d’opposer une plus ou moins grande rĂ©sistance Ă  la circulation du courant Ă©lectrique. Sa valeur (mesurĂ©e en ohms) peut ĂȘtre dĂ©terminĂ©e par un code couleur ou lue sur le boĂźtier des composants les plus rĂ©cents. PotentiomĂštres Un potentiomĂštre n’est autre qu’une rĂ©sistance ajustable. Il possĂšde 3 pattes ainsi qu’un systĂšme mĂ©canique permettant la variation de la rĂ©sistance. Photo-rĂ©sistances Une photo-rĂ©sistance est Ă©galement une rĂ©sistance dont la valeur varie en fonction de l’intensitĂ© lumineuse. On peut Ă©galement le nommer rĂ©sistance photo-dĂ©pendante (light-dependent resistor (LDR)) ou photoconducteur. Condensateurs Un condensateur est un composant Ă©lectronique ou Ă©lectrique Ă©lĂ©mentaire qui a pour propriĂ©tĂ© principale de pouvoir stocker des charges Ă©lectriques opposĂ©es sur ses armatures. Il est utilisĂ© principalement pour stabiliser une alimentation Ă©lectrique, traiter des signaux pĂ©riodiques, sĂ©parer le courant alternatif du courant continu, stocker de l’énergie. Diodes La diode est principalement utilisĂ©e comme convertisseur de courant alternatif vers du courant continu ou comme multiplicateur ou rĂ©gulateur de tension. C’est un composant polarisĂ©, ce qui signifie que le sens de branchement a une importance sur le fonctionnement du montage. Diodes Electro-Luminescentes (DEL / LED) La LED possĂšde la particularitĂ© de gĂ©nĂ©rer de la lumiĂšre lorsqu’elle est parcourue par un courant. De la mĂȘme maniĂšre que la diode, ce composant est polarisĂ©. Transistors Le transistor est le composant actif utilisĂ© principalement comme interrupteur commandĂ© ou pour l’amplification, mais aussi pour stabiliser une tension ou moduler un signal. Circuits intĂ©grĂ©s Le circuit intĂ©grĂ© (CI), aussi appelĂ© puce Ă©lectronique, est un composant Ă©lectronique reproduisant une ou plusieurs fonctions Ă©lectroniques plus ou moins complexes, intĂ©grant souvent plusieurs types de composants Ă©lectroniques de base dans un volume rĂ©duit, rendant le circuit facile Ă  mettre en Ɠuvre. Il existe une trĂšs grande variĂ©tĂ© de ces composants divisĂ©s en deux grandes catĂ©gories : analogique et numĂ©rique. Interrupteurs Un interrupteur est un dispositif permettant d’interrompre ou d’autoriser le passage d’un flux. Boutons poussoirs Le bouton poussoir est une touche tactile qui permet de faire une liaison Ă©lectrique momentanĂ©e le temps que l’on appuie dessus ou, sur certains modĂšles inversĂ©s, d’ouvrir temporairement le contact Ă©lectrique. Connecteurs Jack Format de connecteur mĂąle et femelle gĂ©nĂ©ralement utilisĂ© pour les connexions audio de types casques et micros. Le mini Jack fait 3,5 mm de diamĂštre, le jack normal fait 6,35 mm. MatĂ©riel et compĂ©tences Pour mener Ă  bien ces projets et en plus de certains composants citĂ©s ci-dessus, il faudra ĂȘtre Ă©quipĂ© du matĂ©riel basique (tournevis, fer Ă  souder, Ă©tain, pompe Ă  dessouder, cĂąblage, pinces coupantes, pinces croco, perceuse, dremel 
) De plus, il faudra un minimum de compĂ©tences en soudage, mais tout le monde se souvient des cours de technologies au collĂšge et dans tous les cas, ces compĂ©tences s’acquiĂšrent vite aprĂšs quelques essais. Il faudra simplement veiller Ă  ne pas dĂ©poser la panne du fer trop longtemps sur un composant pour ne pas l’endommager et ne pas faire baver l’étain au risque de crĂ©er un court-circuit non souhaitĂ©. Il faudra Ă©galement s’armer de patience, c’est la qualitĂ© premiĂšre et la plus haute compĂ©tence d’un Bender. En effet, un jouet nĂ©cessite gĂ©nĂ©ralement entre 4 Ă  12h pour ĂȘtre modifiĂ© (dont les 3/4 de ce temps sont consacrĂ©s Ă  la recherche des Bends). Avec l’expĂ©rience ce temps sera considĂ©rablement rĂ©duit. Beaucoup de pratique Victimes potentielles Pour dĂ©buter, l’idĂ©al est de s’attaquer Ă  des appareils peu couteux tels que des jouets sonores rĂ©cupĂ©rĂ©s dans votre cave ou lors de vide-greniers. Les plus rĂ©putĂ©s Ă©tant les jouets vintages du type DictĂ©e Magique et dĂ©rivĂ©s (Speak&Spell/Math/Learn), les insupportables Furby, les petits synthĂ©tiseurs type Casio SK-1 
 Tout ce qui possĂšde un haut-parleur, fonctionne sur piles ou en dessous de 12V. Plus particuliĂšrement les appareils fabriquĂ©s durant les annĂ©es 80/90 qui ne sont pas encore Ă©quipĂ©s de composants Ă©lectroniques sophistiquĂ©s ou de circuits entiĂšrement numĂ©riques. Les constructeurs les plus connus sont: Texas Instruments, Casio, Vtech, Coleco, Creatoy. Il est Ă©videmment possible d’élargir les domaines de recherches Ă  des appareils plus Ă©laborĂ©s mais gare Ă  l’irrĂ©versible court-circuit meurtrier qui mettra dĂ©finitivement la machine hors-service. Recherche Il faut tout d’abord dĂ©sosser votre cible pour mettre Ă  nu le circuit Ă©lectronique. Ensuite, on allume le jouet pour lui faire Ă©mettre un son et on test simplement sa rĂ©activitĂ© en posant plusieurs doigts simultanĂ©ment sur diffĂ©rents endroits du circuit. GĂ©nĂ©ralement, un effet de « pitch » se fait entendre (baisse/augmentation de la tonalitĂ©), on comprend alors que la machine est sensible au Circuitage et les choses sĂ©rieuses peuvent donc commencer (toutes les machines ne sont pas forcement sensibles au toucher, mais c’est une bonne technique d’approche). Afin de ne pas avoir Ă  mĂ©moriser tous les endroits sensibles, l’idĂ©al est de prendre une photo du circuit, de la transferer sur un ordinateur et ainsi noter pas Ă  pas Ă  l’aide d’un logiciel de dessin type MSPaint ou Photoshop tous les Bends dĂ©couverts. Certains les notent directement sur le circuit Ă  l’aide d’un stylo ou d’un feutre, mais l’encre contenant gĂ©nĂ©ralement du carbone et le carbone Ă©tant conducteur, il existe un risque de court-circuit non dĂ©sirĂ© dont on pourra difficilement se dĂ©faire. La premiĂšre et la plus simple des modifications Ă  apporter Ă  son appareil est le raccordement Ă  un ampli ou une console de mixage. Il sera alors possible d’enregistrer les sons de la machine ou de l’utiliser lors de performances live. Pour ce faire, on repĂšre gĂ©nĂ©ralement le haut-parleur et on le remplace ou on installe en parallĂšle un connecteur Jack. Dans le second cas, l’ajout d’un interrupteur pourra servir Ă  basculer entre la sortie audio ou le haut-parleur. On peut maintenant commencer Ă  parcourir mĂ©thodiquement ou au hasard le circuit Ă  l’aide d’un testeur. Le plus simple est d’utiliser des pinces croco que l’on raccordera Ă  deux petits tournevis d’horloger. On place la pointe du premier tournevis qui restera stationnaire sur un point du circuit et avec le second on parcourt diffĂ©rents autres points en Ă©coutant les changements de sons intĂ©ressants que l’on note au fur et Ă  mesure sur notre photo. On poursuit ensuite en dĂ©plaçant le premier tournevis sur un autre point et en recommençant notre parcours avec le second. On rĂ©pĂšte cette procĂ©dure jusqu’à ce que la totalitĂ© du circuit ait Ă©tĂ© parcouru ou lorsque nous estimons avoir trouvĂ© toutes les modifications souhaitĂ©es. Les Bends les plus courants sont gĂ©nĂ©ralement: la sortie audio permettant l’amplification, le volume, l’overdrive/distortion, les glitches, les boucles, le bouton reset. Dans certains cas, les Bends ne sont pas compatibles entre-eux. La machine plantera irrĂ©mĂ©diablement dĂšs lors qu’on activera plusieurs Bends simultanĂ©ment. On peut alors dĂ©cider de continuer la quĂȘte des modifications compatibles ou bien Ă©viter d’en activer plusieurs Ă  la fois. CĂąblage et placement des composants La prochaine Ă©tape est le raccordement des diffĂ©rents points du circuit trouvĂ©s prĂ©cĂ©demment. On les relie entre eux en soudant un fin cĂąble de cuivre sur chaque point. On placera ensuite, par exemple, un interrupteur entre deux de ces cĂąbles allant de paires, de maniĂšre Ă  (dĂ©s)activer notre court-circuit. Il est aussi possible dans certains cas de remplacer ou coupler l’interrupteur Ă  un potentiomĂštre ou une photo-rĂ©sistance qui appliquera une plus ou moins grande rĂ©sistance au passage du courant, attĂ©nuant ou accentuant ainsi l’effet du court-circuit (trĂšs utile pour les effets de pitch/volume/overdrive). Il est prĂ©fĂ©rable de ne pas souder le composant avant de l’avoir montĂ© sur le chĂąssis de la machine, de maniĂšre Ă  ne pas le dessouder par inadvertance lors de son placement. Utile aussi pour connaitre la bonne longueur des cĂąbles et leur cheminement et ainsi Ă©viter les surplus qui empĂȘcheraient la fermeture du boitier. Pour percer le chĂąssis, on utilisera une petite perceuse ou un Dremel. Le positionnement des composants est libre mais attention Ă  choisir un emplacement qui ne gĂȘnera ni la fermeture, ni l’ergonomie du boitier. En effet, un composant mal placĂ© et difficilement accessible pourrait compromettre la spontanĂ©itĂ© de la performance. Afin de ne pas trop endommager le chĂąssis, il est aussi possible de raccorder tous les composants sur un boitier externe qui servira de contrĂŽleur. Dans ce cas, l’utilisation d’un cĂąble nappe tel que l’on trouve dans un ordinateur peut ĂȘtre trĂšs pratique pour ne pas avoir des dizaines de fils qui sortent du chĂąssis (un cĂąble SCSI est parfait pour ce type de montage). Tests Il est maintenant l’heure de tester notre nouveau jouet ! Liens utiles http://www.anti-theory.com : Reed Ghazala, pĂšre du Circuit-Bending http://www.casperelectronics.com : Peter Edwards, grand maĂźtre Bender http://gieskes.nl : Gijs Gieskes, un extra-terrestre http://bitcrusher.free.fr : Mon cher ami Bitcrusher, grand Bender francophone http://www.dataglitch.org : Label associatif regroupant des amoureux des technologies Lo-Fi http://www.getlofi.com : Astuces et ressources pour dĂ©butants ou vĂ©tĂ©rans http://www.sailormouth.org : Des infos et des schĂ©mas trĂšs utiles http://www.datamath.org : MusĂ©e des produits Texas-Instruments http://www.miniorgan.com : Base de donnĂ©es de jouets plus ou moins rares CrĂ©ations personnelles Screaming Teacher aka Talking Teacher – Coleco Le Livre Tragique aka Le Livre Magique – TI Speak’n'Glitch’n'Bleep’n'Math aka Speak’n'Math – TI La Tortu(r)e aka Tortue Musicale – Carrefour LoFi Mic aka TĂ©lĂ©phone Ă  cadran – Socotel
http://www.gasol.fr/2010/06/30/5/

739 Sound Designers.Org :: Le son qui a du sens
Le son qui a du sens sound design,sounddesign,sound designer,sounddesigner,audio,numĂ©rique,sound,design,montage,montage son,design sonore,son,mixage,enregistrement,habillage,doublage,synchro,composition,prise de son,bruitage,bruit,mastering,sonothĂšque,dolby,DTS,surround,multicanal,multi-canal,5.1,SR,MAO,M.A.O.,ingĂ©nieur,ingĂ©nieur du son,opĂ©rateur,opĂ©rateur du son,compositeur,rĂ©alisateur,rĂ©alisateur sonore,rĂ©alisation sonore,multimĂ©dia,MIDI,acoustique,crĂ©ation,sonore,production,postproduction,post production,audiovisuel,audiovisuelle,film,cinĂ©ma,vidĂ©o,tĂ©lĂ©vision,radio,musique,publicitĂ©,studio,forums,news,chat,articles,bancs d'essai,liens,tĂ©lĂ©chargements,captures,RSS,newsfeed,biblio,AES,EBU,OMF,AAF,VST,VSTi,RTAS,TDM,HTDM,AU,MAS,DX,DXi,Pro Tools, Digital Performer, Nuendo, Cubase, Logic, Pyramix, Samplitude, Wavelab, SoundForge, Cool Edit, Fairlight, Euphonix, Neve, SSL,Yamaha,Mackie,MOTU,Steinberg,Digidesign,Merging,AVID,soundminer,twistedwave Le PrĂ©-Mastering audio est une Ă©tape situĂ©e aprĂšs l’enregistrement et le mixage, en fin de la chaĂźne de production audio, c’est la derniĂšre optimisation du projet. NĂ©anmoins, c’est la partie du processus la moins connue tant par les professionnels que par les artistes. Le manque de connaissances Ă  ce sujet peut amener Ă  se poser plusieurs questions : « Quelle est son utilitĂ© ? Pourquoi un individu appelĂ© ingĂ©nieur de Mastering toucherait Ă  mon travail que je considĂšre comme Ă©tant abouti ? 
 » De plus si les personnes agissant en amont de la production audio et plus particuliĂšrement au niveau du mixage ne connaissent pas de quelle façon et dans quelle direction sera finalisĂ© leur projet, des erreurs ne pourront ĂȘtre Ă©vitĂ©s et les bĂ©nĂ©fices apportĂ©s par une Ă©tape de finalisation ne seront pas optimaux. On peut aussi dĂ©duire qu’une activitĂ© mal connue est inĂ©vitablement victime de prĂ©jugĂ©s et de fausses interprĂ©tations. Dans ce mĂ©moire, je porterai mon attention sur les moyens d’optimiser la transition entre le mixage et le PrĂ©-Mastering. En effet, lors d’une sĂ©ance d’enregistrement, les techniciens concernĂ©s agissent toujours en pensant Ă  l’étape suivante, c'est-Ă -dire celle du mixage. La dĂ©marche Ă  suivre devrait ĂȘtre la mĂȘme au moment de mixer Ă  l’attention du PrĂ©-Mastering. De cette façon, chacun remplit son rĂŽle de façon optimale et le produit peut prendre toute son ampleur. Pour ce faire il faut donc Ă©claircir les moyens et les logiques utilisĂ©es dans les studios de Mastering et mettre en Ă©vidence les bĂ©nĂ©fices qu’on en retire. AprĂšs un bref historique, pour « planter le dĂ©cor », je commencerai par mettre en avant les diffĂ©rents avantages que l’on peut tirer du PrĂ©-Mastering et pourquoi il est indispensable dans la chaĂźne de production audio. Puis j’expliquerai les moyens utilisĂ©s pour perfectionner le projet sonore en faisant un aperçu des outils[1] et de la maniĂšre dont s’en servent les ingĂ©nieurs de Mastering. Enfin, je mettrai en Ă©vidence les efforts qui peuvent ĂȘtre fait dĂ©s le mixage afin de faciliter et de profiter pleinement des amĂ©liorations pouvant ĂȘtre apportĂ©es lors de la finalisation. Le PrĂ©-Mastering n’est Ă  priori praticable que par des techniciens dotĂ©s d’une longue expĂ©rience. Le propos de ce mĂ©moire est de dĂ©couvrir et d’éclairer une activitĂ©, tout en dĂ©veloppant les bĂ©nĂ©fices qu’elle peut engendrer. Je prendrai aussi position sur les attitudes et les pratiques Ă  adopter en amont de la production audio[2] pour profiter pleinement du PrĂ©-Mastering. Le sujet choisi est le reflet de ma curiositĂ© et de la volontĂ© de travailler en harmonie avec les diffĂ©rents acteurs du milieu de la production audio.
http://www.sounddesigners.org/index.php?module=Articles&func=viewpage&pageid=23

518 LA MUSIQUE INDUSTRIELLE
QU’EST-CE QUE LA MUSIQUE INDUSTRIELLE ? Vous trouverez chez les disquaires bien achalandĂ©s un coin rĂ©servĂ© aux albums d’ " indus ", souvent mĂ©langĂ©s au gothique, Ă  la cold ou encore aux indĂ©pendants. Les couleurs noire et grise dominent les pochettes et les noms des groupes sont souvent longs et imprononçables, Ă  consonance allemande ou anglaise. Pour continuer dans le clichĂ©, on peut dĂ©crire la musique industrielle comme un style basĂ© sur des percussions mĂ©talliques qui martĂšlent, accompagnĂ©es de bruits agressifs souvent dissonants et de voix trafiquĂ©es, criĂ©es plus que chantĂ©es. En fait, l’indus est pour beaucoup une musique suspecte, apprĂ©ciĂ©e par d’étranges mĂ©lomanes qui n’auraient pas compris que la musique moderne est faite pour distraire, pour danser ou encore adoucir les mƓurs. Peu de gens savent en fait ce qu’est l’industriel Ă  proprement parler. Pourtant ce style a Ă©tĂ© trĂšs productif et une partie de la musique actuelle s’en inspire. A la base, l’industriel est un mouvement de contestation sociale et artistique. Il rejette le contrĂŽle de la musique populaire par les businessmen, les mĂ©dias et tous les hommes de pouvoir. Son essor est marquĂ© par la crĂ©ation d’Industrial Records, Ă  Londres, Ă  la fin des annĂ©es 1970 par le groupe Throbbing Gristle. C’est un des premiers labels indĂ©pendants, une entreprise de production et de diffusion de cassettes audio et de 33 tours, qui laisse ses musiciens s’exprimer sans contrainte, ni censure, ni souci de rentabilitĂ©. Il dĂ©veloppe une " stratĂ©gie de guĂ©rilla " contre les major company, ces entreprises qui soumettent la musique populaire aux lois du marchĂ©. Plus gĂ©nĂ©ralement, le mouvement industriel vomit l’industrie des loisirs orchestrĂ©e par les grands mĂ©dias. Il cherche Ă  faire rĂ©flĂ©chir sur la propagande et le marketing, sur l’utilisation de l’art et des diverses techniques de communication pour convaincre et dominer. L’ambition est de crĂ©er une alternative Ă  la culture de masse afin de lutter contre l’uniformisation des esprits. Pape de l’industriel, Genesis P-Orridge (alias Neil Megson) explique qu’au dĂ©part le but est de "savoir jusqu’oĂč on pouvait mĂ©tamorphoser et coller le son, prĂ©senter des sons complexes et non-divertissants dans une situation de culture populaire, afin de convaincre et de convertir. Nous voulions rĂ©investir la musique rock avec un contenu, une motivation et un risque. " Apparu en mĂȘme temps que le punk, l’industriel se veut plus radical, plus rĂ©flĂ©chi et surtout plus novateur en matiĂšre musicale. Il milite pour l’éclatement des codes musicaux qu’ils soient rock, jazz, classique ou pop. Recherchant l’imprĂ©vu, fuyant le formatage, il puise dans diffĂ©rents styles. Par ailleurs, de nouveaux instruments sont incorporĂ©s Ă  la musique. Les membres d’EinstĂŒrzende Neubauten utilisent des perceuses, de l’eau, des tĂŽles, ou mĂȘme leurs dents pour produire des sons originaux. DĂšs le dĂ©part, les instruments Ă©lectroniques ont Ă©tĂ© privilĂ©giĂ©s : boites Ă  rythme, synthĂ©tiseurs et les tout premiers Ă©chantillonneurs (sampleurs), dĂšs le dĂ©but des annĂ©es 1980. Ces instruments Ă©lectroniques aidant, l’indus a Ă©tĂ© produit par des non-musiciens et a dĂ©veloppĂ© la rĂ©pĂ©titivitĂ© (utilisation des sĂ©quenceurs). C’est dans ce sens que l’industriel est pour une bonne part Ă  l’origine de la techno. L’industriel ne se limite pas au dĂ©part Ă  un courant musical, c’est une tentative d’art total. Soit les musiciens indus sont des touches Ă  tout en matiĂšre artistique (Genesis P-Orridge, Jim Thirlwell), soit ils collaborent frĂ©quemment avec des cinĂ©astes, des troupes de thĂ©Ăątre ou de danse contemporaine. Pour les disques, le graphisme des pochettes compte parfois autant que la musique elle-mĂȘme. Dans toutes ses expressions artistiques, l’industriel recherche la provocation la plus radicale, le choc et la confusion. Les thĂšmes dĂ©veloppĂ©s sont autant de tabous : le totalitarisme sous toutes ses formes (propagande, uniformes militaires, symboles paĂŻens, plus ou moins fascistes ou nazis) ; le sado-masochisme, bouffonnerie spectaculaire parodiant les rapports humains ; la mort. C’est un constat froid des horreurs du monde, l’irruption de la laideur sous toutes ses formes dans la musique populaire. Mais attention, l’humour, le sarcasme et le cynisme sont essentiels dans l’indus. L’ironie et l’ambiguĂŻtĂ© sont fondatrices : la musique qui se proclame industrielle s’oppose Ă  l’industrie de la musique et aux valeurs de la sociĂ©tĂ© industrielle. Les membres de Throbbing Gristle troquaient volontiers leurs uniformes pour des chemises hawaĂŻennes, Current 93 s’est pris de passion pour le hĂ©ros enfantin Oui-Oui (Noddy), Laibach a parodiĂ© pompeusement les Beatles, Clair Obscur a chantĂ© les cours de la bourse, aprĂšs avoir smurfĂ© au goulag, et Foetus s’est fait connaĂźtre par une parodie de disco en l’honneur du marquis de Sade (avant MylĂšne Farmer !). Tous les musiciens qui se prĂ©tendent industriels mais s’expriment sans cette ironie fondatrice ou sans vĂ©ritable recherche musicale utilisent le terme abusivement. DĂšs 1981, Throbbing Gristle se sĂ©pare. Genesis P-Orridge explique : " nous avons quitter un milieu envahi par des idĂ©es et des gens malsains, parce que ces gens ont choisi de ne pas comprendre ce que nous disions. C’est devenu une surenchĂšre de provocation ". On a assistĂ© en effet Ă  une dĂ©rive et un appauvrissement musical. L’industriel est devenu un style parmi les autres. Comme tout mouvement contestataire, il a Ă©tĂ© rĂ©cupĂ©rĂ©e ; Ă  la fois par les mĂ©dias et par des mouvements d’extrĂȘme droite. Ainsi on a pu entendre, dans des publicitĂ©s tĂ©lĂ©visĂ©es, des percussions mĂ©talliques pour vanter les mĂ©rites de slips trĂšs masculins, ou bien des bruits de mĂ©canique qui dĂ©raille sortant d’un autoradio, pour vendre une voiture Ă  la mĂ©canique irrĂ©prochable. Les liens avĂ©rĂ©s avec l’extrĂȘme-droite ne concernent que quelques uns : en particulier Boyd Rice (du groupe NON) et plusieurs pĂąles ersatz du groupe de folk industriel Death in June, engluĂ©s dans une soupe europĂ©aniste nausĂ©abonde, oĂč se mĂȘlent rĂ©volution conservatrice, paganisme nordique ou celtique, thĂšmes guerriers et romantisme noir. Ces connivences ont jetĂ© le discrĂ©dit sur tout le mouvement industriel. C’est oublier que les artistes d’Industrial records refusaient de s’exprimer sur le terrain politique traditionnel, que des groupes se sont engagĂ©s Ă  gauche (Test Dept), tandis que d’autres ont affirmĂ© leur rejet de l’extrĂȘme-droite (Front 242). Beaucoup cependant rĂ©pugnent Ă  se justifier et continuent de jouer le jeu dangereux de la provocation fasciste. Il y a peu le groupe allemand Substanz t. a Ă©chantillonnĂ© la phrase suivante dans un morceau : " if you don’t like fascism, don’t play industrial music " (compilation teknoir, 1998).
http://nksinternational.free.fr/indus.html

473 Djihad - Wikipédia
Djihad, jihad ou djihĂąd (arabe : jihād, ŰŹÙ‡Ű§ŰŻ, lutte) est un terme arabe et signifiant « exercer une force », « tĂącher » ou « combattre ». Dans le Coran, l'expression « al-jihad bi anfousikoum » (Lutter contre les penchants de votre Ăąme) est l'Ă©quivalent de l'expression se faire violence ou « al-jihad fi sabil Allah » (combat sacrĂ© dans le chemin d'Allah)1,2. Le concept du jihad a constamment Ă©voluĂ© ce qui empĂȘche toute dĂ©finition figĂ©e au profit de la recherche d'interprĂ©tations successives, souvent concurrentes parmi les sphĂšres intellectuelles musulmanes3. L'islam compte quatre types de jihad : par le cƓur, par la langue, par la main et par l'Ă©pĂ©e. Le jihad par le cƓur, aussi nommĂ© « Grand jihad », invite les musulmans Ă  combattre afin de s'amĂ©liorer ou d'amĂ©liorer la sociĂ©tĂ©4,5. De nombreux savants musulmans interprĂštent le jihad comme une lutte dans un sens spirituel. Une minoritĂ© de savants sunnites le considĂšrent comme le sixiĂšme pilier de l'islam quoique le jihad n'en ait pas le statut officiel4. Dans le chiisme duodĂ©cimain, il est considĂ©rĂ© comme une des dix pratiques religieuses du culte. Le plus connu des sens du jihad est le jihad par l'Ă©pĂ©e ou « Petit jihad ». Il a servi d'argument Ă  diffĂ©rents groupes musulmans Ă  travers l'histoire pour
http://fr.wikipedia.org/wiki/Djihad

325 Electronic_a # 11: Jeudi 29 avril 2010
Ben Edwards est un humble artisan amoureux de l’analogique, archĂ©ologue des temps prĂ©-Ă©lectroniques. "la musique synthĂ©tique", comme on l’appelait alors. Ben collectionne les synthĂ©tiseurs et en a accumulĂ© une quantitĂ© invraisemblable. Si les noms suivants ne vous disent rien, Korg Modular, Oberheim SEM, Roland 100 M 
 souvenez-vous de Abbey Road ou de Blade Runner. C'est tout un pan de la musique pop qui fut irriguĂ© des vibrations quasi cosmiques de ces machines et c’est une Ăąme singuliĂšre et poĂ©tique que nous retrouverons ainsi ce soir. Ce que la presse en dit: « De son vrai nom Ben Edwards, Benge dĂ©veloppe depuis ses premiers pas musicaux une passion peu commune pour les synthĂ©tiseurs, passion qui l’a conduit Ă  amasser au fil du temps une collection de machines qui ferait baver d’envie bien des aficionados de la chose. ObsĂ©dĂ© par cette famille d’instruments aux possibilitĂ©s infinies et compositeur stakhanoviste si il en est, Benge passe sa vie Ă  dissĂ©quer les algorithmes abscons de chacune de ses machines qu’il connaĂźt jusqu’au plus profond de leur process Ă©lectroniques » - A dĂ©couvrir absolument « Album concept que ce Twenty Systems puisqu’il s’agit, en vingt pistes plutĂŽt courtes, de prĂ©senter vingt synthĂ©tiseurs diffĂ©rents, un par annĂ©e de 1968 Ă  1988. Dans un esprit didactique, le disque est accompagnĂ© d’un livret cartonnĂ© de 52 pages dĂ©taillant les caractĂ©ristiques de chaque synthĂ©tiseur tandis que les morceaux portent le nom de l’instrument ayant Ă©tĂ© utilisĂ© pour chacun et l’annĂ©e correspondante (utilisation unique et solitaire d’ailleurs, Ben Edwards indiquant n’avoir employĂ© aucun autre effet ou appareil en dehors de ces synthĂ©tiseurs). » - Etherreal « Avec ce disque poĂ©tique, Ă  la naĂŻvetĂ© parfois dĂ©sarmante (Yamaha CS30) mais toujours trĂšs inspirĂ©, Benge nous fait voyager Ă  travers les Ă©poques et rend un bel hommage Ă  ces machines pleines de chaleur (qui sont pour certaines de vĂ©ritables antiquitĂ©s !) et Ă  leurs gĂ©niaux crĂ©ateurs. Rarement une leçon d'histoire aura Ă©tĂ© aussi dĂ©licieuse que celle-ci. » - Pop News « La musique de Ben Edwards est en effet bien plus et bien moins qu'un impossible catalogue de sons ou une ode technopositiviste : c'est un rĂ©enchantement viscĂ©ral du son Ă©lectronique. » - Chronic’art « A brilliant contribution to the archaeology of electronic music » - Brian Eno « Indicates what a deliriously desirable thing the synthesis of sound has historically been » - The Wire « Absolutely cast iron irrefutable proof that synthesisers are better than guitars » - Vice Magazine
http://bellegarde.toulouse.fr/archives/154-electronica11

276 SUPER, pour convertir toutes vos vidéos dans tous les formats - Tuto Videos
Si seulement je pouvais avoir un logiciel qui transforme mes vidĂ©os crĂ©Ă©es avec Windows Movie Maker (wmv)en un format qui soit reconnu par mon lecteur divx de salon... Si seulement ce logiciel Ă©tait gratuit, si seulement ce logiciel pouvait convertir tous mes fichiers vidĂ©os de diffĂ©rents formats (mov, xvid, flv) en un seul et mĂȘme format (divx). Si en plus, ce logiciel me permettait de crĂ©er des vidĂ©os reconnus sur mon tĂ©lĂ©phone portable, sur ta psp, ou ton ipod vidĂ©o
 ça serait vraiment SUPER videos, mobilite
http://astuces.jeanviet.info/videos/super-pour-convertir-toutes-vos-videos-dans-tous-les-formats.htm

101 - 201