100SILEX, de 0 à 100 s: jeu
1529 Table de caracteres Unicode
unicode, signes, symboles, caracteres, table Unicode, jeu de caracteres, la liste des caracteres Unicode, UFT-8, les caracteres de facebook, encodage, symbole de coeur, de l ecriture, les langues, emoji, hieroglyphes, runes, symboles de fleche, cyrillique, latin, symboles monetaires
http://unicode-table.com/fr/#supplemental-symbols-and-pictographs

1397 Windows 8 - retrouvez le menu Démarrer
Windows 8 introduit un changement majeur dans l utilisation du bureau : le menu Démarrer a disparu ! Heureusement, plusieurs solutions existent pour retrouver leurs habitudes...
http://www.clubic.com/windows-os/windows-8/article-516543-1-windows-8-menu-demarrer.html

1285 ACCESSOIRES sur le Cowon X7
ACCESSOIRES sur le Cowon X7 cowon, iriver, psp, ps3, play station, astuce, astuces, tutorial, tutorials cowon, astuce cowon, astuce iriver, astuce psp, astuce ps3, communauté cowon, cutomiser cowon, personnaliser cowon, personnaliser psp, aide cowon, aide psp, jeux psp, psp gratuit, cowon gratuit, iriver gratuit, test cowon, technique cowon, test iriver, technique iriver, test psp, test ps3, fiche technique play station
http://www.owendia.com/forum/cowon-x7/accessoires-sur-le-cowon-x7/

1247 Les commandes dos de Windows
Panneau de configuration * ACCESS.CPL : ouvre les options d'accessibilité (Pour XP uniquement) * APPWIZ.CPL : ouvre l'outil Ajouter/Supprimer un programme * AZMAN.MSC : ouvre le gestionnaire d'autorisations (Pour Vista uniquement) * CERTMGR.MSC : ouvre les certificats pour l’utilisateur actuel * CLICONFG : ouvre la configuration des clients SQL * COLLAB.CPL : ouvre le voisinage immédiat (Pour Vista uniquement) * COMEXP.MSC ou bien DCOMCNFG : ouvre l'outil services et composants (Pour Vista uniquement) * COMPMGMT.MSC : ouvre l'outil de gestion de l'ordinateur * COMPUTERDEFAULTS : ouvrir l’outil des programmes par défaut (Pour Vista uniquement) * CONTROL /NAME MICROSOFT.BACKUPANDRESTORECENTER : ouvre le centre de sauvegarde et de restauration (Pour Vista uniquement). Tutoriel ICI * CONTROL ADMINTOOLS : ouvre les outils d'administrations * CONTROL COLOR : ouvre les paramètres de l'apparence * CONTROL FOLDERS : ouvre les options de dossiers * CONTROL FONTS : ouvre le gestionnaire de polices * CONTROL INTERNATIONAL ou bien INTL.CPL : ouvre les options régionales et linguistiques * CONTROL KEYBOARD : ouvre les propriétés du clavier * CONTROL MOUSE ou bien MAIN.CPL : ouvre les propriétés de la souris * CONTROL PRINTERS : ouvre les imprimantes et les fax disponibles * CONTROL USERPASSWORDS : ouvre l’éditeur des comptes utilisateurs * CONTROL USERPASSWORDS2 ou bien NETPLWIZ : contrôle les utilisateurs et leurs accès< * CONTROL : ouvre le panneau de configuration * CREDWIZ : ouvre l’outil de sauvegarde et restauration des mots de passe des utilisateurs (Pour Vista uniquement) * DESK.CPL : ouvre les paramètres d'affichage * DEVMGMT.MSC : ouvre les gestionnaire de périphériques. Tutoriel ICI * DRWTSN32 : ouvre Dr. Watson (Pour XP uniquement) * DXDIAG : ouvre l'outil de diagnostic DirectX * EVENTVWR ou bien EVENTVWR.MSC : ouvre l'observateur d'évènements * FSMGMT.MSC : ouvre les dossiers partagés * GPEDIT.MSC : ouvre l’éditeur des stratégies de groupe (Pour les éditions professionnelles et plus de Windows) * HDWWIZ.CPL : ouvre l'assistant ajout de matériels * INFOCARDCPL.CPL : ouvre l'assistant compatibilité des programmes * IRPROPS.CPL : ouvre le gestionnaire d'infrarouge * ISCSICPL : ouvre l'outil de configuration de l'initiateur ISCI Microsoft (Pour Vista uniquement) * JOY.CPL : ouvre l'outil de contrôleur de jeu * LPKSETUP : ouvre l’assistant d’installation et désinstallation des langues d’affichage (Pour Vista uniquement) * LUSRMGR.MSC : ouvre l’éditeur des utilisateurs et groupes locaux * MDSCHED : ouvre l'outil de diagnostics de la mémoire Windows (Pour Vista uniquement) * MMC : ouvre une nouvelle console vide * MMSYS.CPL : ouvre les paramètres de sons * MOBSYNC : ouvre le centre de synchronisation * MSCONFIG : ouvre l'outil de configuration du système * NAPCLCFG.MSC : ouvre l'outil de configuration du client NAP (Pour Vista uniquement) * NTMSMGR.MSC : ouvre le gestionnaire des supports de stockage amovibles * NTMSOPRQ.MSC : ouvre les demandes de l'opérateur de stockage amovible * ODBCAD32 : ouvre l'administrateur de sources de données ODBC * OPTIONALFEATURES : ouvre l’outil Ajouter/Supprimer des composants Windows (Pour Vista uniquement) * PERFMON ou bien PERFMON.MSC : ouvre le moniteur de fiabilité et de performances Windows. * POWERCFG.CPL : ouvre le gestionnaire des modes d’alimentation (Pour Vista uniquement) * REGEDIT ou bien REGEDT32 (Pour Vista uniquement) : ouvre l'éditeur de registre * REKEYWIZ : ouvre le gestionnaire des certificats de chiffrement de fichiers (Pour Vista uniquement) * RSOP.MSC : ouvre le jeu de stratégie résultant * SECPOL.MSC : ouvre les paramètres de sécurités locales * SERVICES.MSC : ouvre le gestionnaire de services * SLUI : ouvre l’assistant d’activation de Windows (Pour Vista uniquement) * SYSDM.CPL : ouvre les propriétés système * SYSEDIT : ouvre l’éditeur de configuration système (Attention, à manipuler avec prudence) * SYSKEY : ouvre l’utilitaire de protection de la base de données des comptes Windows (Attention, à manipuler avec extrême prudence !) * SYSPREP: ouvre le dossier contenant l'outil de préparation du système (Pour Vista uniquement) * TABLETPC.CPL : ouvre les paramètres pour Tablet pc (Pour Vista uniquement) * TASKSCHD.MSC ou bien CONTROL SCHEDTASKS : ouvre le planificateur de tâches (Pour Vista uniquement) * TELEPHON.CPL : ouvre l'outil de connexion téléphonique * TIMEDATE.CPL : ouvre les paramètres de l'heure et de la date * TPM.MSC : ouvre l'outil gestion de module de plateforme sécurisée sur l'ordinateur local (Pour Vista uniquement) * UTILMAN : ouvre les options d’ergonomie (Pour Vista uniquement) * VERIFIER : ouvre le gestionnaire de vérification des pilotes * WMIMGMT.MSC : ouvre Windows Management Infrastructure * WSCUI.CPL : ouvre le centre de sécurité Windows * WUAUCPL.CPL : ouvre le service de mise à jour Windows (Pour XP uniquement) Programmes et outils Windows * %WINDIR%\SYSTEM32\RESTORE\RSTRUI.EXE : ouvre l’outil de restauration de système (Pour XP uniquement). Tutoriel ICI * CALC : ouvre la calculatrice * CHARMAP : ouvre la table des caractères * CLIPBRD : ouvre le presse papier (Pour XP uniquement, pour l'ajouter à Vista voir ICI) * CMD : ouvre l'invite de commandes * DIALER : ouvre le numérateur téléphonique de Windows * DVDPLAY : ouvre votre lecteur DVD * EUDCEDIT : ouvre l’éditeur de caractères privés * EXPLORER : ouvre l'explorateur Windows * FSQUIRT : Assistant transfert Bluetooth * IEXPLORE : ouvre Internet explorer * IEXPRESS : ouvre l’assistant de création des archives auto-extractibles. Tutoriel ICI * JOURNAL : ouvre un nouveau journal (Pour Vista uniquement) * MAGNIFY : ouvre la loupe * MBLCTR : ouvre le centre de mobilité de Windows (Pour Vista uniquement) * MIGWIZ : ouvre l'outil de transfert de fichiers et de paramètres Windows (Pour Vista uniquement) * MIGWIZ.EXE : ouvre l'outil de transfert de fichiers et de paramètres Windows (pour XP uniquement) * MOVIEMK : ouvre Windows Movie Maker * MRT : lance l’utilitaire de suppression de logiciel malveillant. Tutoriel ICI * MSDT : ouvre l’outil de diagnostics et support Microsoft * MSINFO32 : ouvre les informations système * MSPAINT : ouvre Paint * MSRA : ouvre l'assistance à distance Windows * MSTSC : ouvre l'outil de connexion du bureau a distance * NOTEPAD : ouvre le bloc-notes * OSK : ouvre le clavier visuel. Tutoriel ICI * PRINTBRMUI : ouvre l'assistant de migration d'imprimante (Vista uniquement) * RSTRUI : ouvre l'outil de restauration du système (Pour Vista uniquement) * SIDEBAR : ouvre le volet Windows (Pour Vista uniquement) * SIGVERIF : ouvre l'outil de vérification des signatures de fichiers * SNDVOL : ouvre le mélangeur de volume * SNIPPINGTOOL : ouvre l'outil capture d'écran (Pour Vista uniquement). Tutoriel ICI * SOUNDRECORDER : ouvre le magnétophone * STIKYNOT : ouvre le pense-bête (Pour Vista uniquement) * TABTIP : ouvre le panneau de saisie Tablet PC (Pour Vista uniquement) * TASKMGR : ouvre le gestionnaire des tâches Windows * WAB : ouvre les contacts (Pour Vista uniquement) * WERCON : ouvre l'outil de rapports et de solutions aux problèmes (Pour Vista uniquement) * WINCAL : ouvre le calendrier Windows (Pour Vista uniquement) * WINCHAT : ouvre le logiciel Microsoft de chat en réseau (Pour Windows XP uniquement) * WINDOWSANYTIMEUPGRADE : permet la mise à niveau de Windows Vista * WINVER : ouvre la fenêtre pour connaître votre version Windows * WINWORD: ouvre Word (s'il est installé) * WMPLAYER : ouvre le lecteur Windows Media * WRITE ou bien Wordpad : ouvre Wordpad Gestion des disques * CHKDSK : effectue une analyse de la partition précisée dans les paramètres de la commande (Pour plus d’informations, tapez CHKDSK /? dans l’invite de commande CMD) * CLEANMGR : ouvre l'outil de nettoyage de disque * DEFRAG: Défragmente le disque dur (pour savoir comment utiliser, c'est ici ) * DFRG.MSC : ouvre l’outil de défragmentation de disque * DISKMGMT.MSC : ouvre le gestionnaire de disques * DISKPART : ouvre l’outil de partitionnement (un peu lourd à manipuler) Gestion des réseaux et Internet * CONTROL NETCONNECTIONS ou bien NCPA.CPL : ouvre les connexions réseau * FIREWALL.CPL : ouvre le pare-feu Windows * INETCPL.CPL : ouvre les propriétés internet * IPCONFIG : affiche les configurations des adresses IP sur l’ordinateur (Pour plus d’informations, tapez IPCONFIG /? dans l’invite de commande CMD) * NETSETUP.CPL : ouvre l’assistant configuration réseau (Pour XP uniquement) * WF.MSC : ouvre les fonctions avancées du pare-feu Windows (Pour Vista uniquement). Tutoriel ICI * À VOIR ÉGALEMENT : Commandes IP relatives aux réseaux sous Windows Commandes IP relatives aux réseaux sous Windows Il est parfois très utile de connaître les commandes IP, pour analyser voire configurer ses réseaux TCP/IP. Voici la liste de ces commandes à utiliser dans une fenêtre DOS : * Ping * Tracert * IpConfig * NetStat * Route * Arp * NbtStat * Telnet * Hostname * Ftp * NsLookUp * NetSh ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------ PING : Teste la connexion réseau avec une adresse IP distante ping -t [IP ou host] ping -l 1024 [IP ou host] * L’option -t permet de faire des pings en continu jusqu’à Ctrl-C. o Si vous avez précisé l'option -t vous pouvez à tout moment avoir des statistiques sans interrompre les requêtes ping en appuyant sur Ctrl+Attn (aussi nommé Ctrl+Pause) Cette commande est aussi utile pour générer une charge réseau en spécifiant la taille du paquet avec l’option -l et la taille du paquet en octets. --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- TRACERT : Affiche toutes les adresses IP intermédiaires par lesquelles passe un paquet entre la machine locale et l’adresse IP spécifiée. tracert [@IP ou nom du host] tracert -d [@IP ou nom du host] Cette commande est utile si la commande ping ne donne pas de réponse, afin d'établir à quel niveau la connexion est défaillante. -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- IPCONFIG : Affiche ou rafraîchit la configuration réseau TCP/IP ipconfig /all [/release [carte]] [/renew [carte]] /flushdns /displaydns /registerdns [-a] [-a] [-a] Cette commande, exécutée sans option, affiche l’adresse IP en cours, le masque réseau ainsi que la passerelle par défaut au niveau des interfaces réseau connues sur la machine locale. * /all: Affiche toute la configuration réseau, y compris les serveurs DNS, WINS, bail DHCP, etc ... * /renew [carte]: Renouvelle la configuration DHCP de toutes les cartes (si aucune carte n'est spécifiée) ou d'une carte spécifique avec le paramètre carte. Le nom de carte est celui qui apparaît avec ipconfig sans paramètre. * /release [carte]: Envoie un message DHCPRELEASE au serveur DHCP pour libérer la configuration DHCP actuelle et annuler la configuration d'adresse IP de toutes les cartes (si aucune carte n'est spécifiée) ou d'une carte spécifique avec paramètre carte. Ce paramètre désactive TCP/IP pour les cartes configurées de manière à obtenir automatiquement une adresse IP. * /flushdns: Vide et réinitialise le cache de résolution du client DNS. Cette option est utile pour exclure les entrées de caches négatives ainsi que toutes les autres entrées ajoutées de façon dynamique. * /displaydns: Affiche le cache de résolution du client DNS, qui inclut les entrées préchargées à partir du fichier des hôtes locaux ainsi que tous les enregistrements de ressources récemment obtenus pour les requêtes de noms résolues par l'ordinateur. Le service Client DNS utilise ces informations pour résoudre rapidement les noms fréquemment sollicités, avant d'interroger ses serveurs DNS configurés. * /registerdns: Actualise tous les baux DHCP et réinscrit les noms DNS. ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------ NETSTAT : Affiche l’état de la pile TCP/IP sur la machine locale NETSTAT [-a] [-e] [-n] [-s] [-p proto] [-r] [intervalle] * -a Affiche toutes les connexions et ports d'écoute (Les connexions côté serveur sont normalement inhibées). * -e Affiche les statistiques Ethernet. Peut être combinée avec l'option -s. * -n Affiche les adresses et les numéros de port sous forme numérique. * -p proto Affiche les connexions pour le protocole spécifié par proto; proto peut être TCP ou UDP. Utilisé avec l'option -s pour afficher des statistiques par protocole, proto peut être TCP, UDP, ou IP. * -r Affiche le contenu de la table de routage. * -s Affiche les statistiques par protocole. Par défaut, des statistiques sur TCP, UDP et IP sont visualisées; l'option -p peut être utilisée pour spécifier un sous-ensemble du défaut. * intervalle: Réaffiche les statistiques sélectionnées, avec une pause de "intervalle" secondes entre chaque affichage. Appuyez sur Ctrl+C pour arrêter l'affichage des statistiques. * -abnov Affiche les processus qui utilisent la connexion internet (Adresse IP local, port, adress IP distante et le PID du processus qui utilise la connexion ainsi que son nom). ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- ROUTE : Affiche ou modifie la table de routage ROUTE [-f] [commande [destination] [MASK masque réseau] [passerelle] * -f Efface les tables de routage de toutes les entrées de passerelles. Utilisé conjointement à une des commandes, les tables sont effacées avant l'exécution de la commande. * -p Rend rémanente l’entrée dans la table après le reboot de la machine * commande Spécifie une des quatre commandes : o DELETE: Efface un itinéraire. o PRINT: Affiche un itinéraire. o ADD: Ajoute un itinéraire. o CHANGE: Modifie un itinéraire existant. * destination: Spécifie l'hôte. * MASK: Si le mot clé MASK est présent, le paramètre suivant est interprété comme le paramètre masque réseau. * masque réseau: Fourni, il spécifie la valeur de masque de sous-réseau à associer à cette entrée d'itinéraire. Non spécifié, il prend la valeur par défaut 255.255.255.255. * passerelle: Spécifie la passerelle. * METRIC: Spécifie le coût métrique pour la destination ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- ARP : Résolution des adresses IP en adresses MAC. Affiche et modifie les tables de traduction des adresses IP en adresses physiques utilisées par le protocole de résolution d'adresses ARP. ARP -s adr_inet adr_eth [adr_if] ARP -d adr_inet [adr_if] ARP -a [adr_inet] [-N adr_if] * -a Affiche les entrées ARP actives en interrogeant le protocole de données actif. Si adr_inet est spécifié, seules les adresses IP et physiques de l'ordinateur spécifié sont affichées. Si plus d'une interface réseau utilise ARP, les entrées de chaque table ARP sont affichées. * -g Identique à -a. * adr_inet Spécifie une adresse internet. * -N adr_if Affiche les entrées ARP pour l'interface réseau spécifiée par adr_if. * -d Efface l'hôte spécifié par adr_inet. * -s Ajoute l'hôte et associe l'adresse Internet adr_inet avec l'adresse physique adr_eth. L'adresse physique est donnée sous forme de 6 octets hexadécimaux séparés par des tirets. L'entrée est permanente. * adr_eth Spécifie une adresse physique. * adr_if Précisée, elle spécifie l'adresse Internet de l'interface dont la table de traduction des adresses devrait être modifiée. Non précisée, la première interface applicable sera utilisée. --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- NBTSTAT : Mise à jour du cache du fichier Lmhosts. Affiche les statistiques du protocole et les connexions TCP/IP actuelles utilisant NBT (NetBIOS sur TCP/IP). NBTSTAT [-a Nom Distant] [-A adresse IP] [-c] [-n] [-r] [-R] [-s] [S] [intervalle] * -a (état carte) Liste la table de noms de la machine distante (nom connu). * -A (état carte) Liste la table de noms de la machine distante (adresse IP). * -c (cache) Liste le cache de noms distants y compris les adresses IP. * -n (noms) Liste les noms NetBIOS locaux. * -r (résolus) Liste les noms résolus par diffusion et via WINS. * -R (Recharge) Purge et recharge la table du cache de noms distantes. * -S (Sessions) Liste la table de sessions avec les adresses destination IP. * -s (sessions) Liste la table de sessions convertissant les adresses de destination IP en noms d'hôtes via le fichier hôtes. Un Exemple : nbtstat -A @IP Cette commande renvoie le nom NetBIOS, nom du système, les utilisateurs connectés ...de la machine distante. -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- TELNET telnet telnet La commande telnet permet d'accéder en mode Terminal (Ecran passif) à un host distant. Elle permet également de vérifier si un service quelconque TCP tourne sur un serveur distant en spécifiant après l’adresse IP le numéro de port TCP. C’est ainsi que l’on peut tester si le service SMTP, par exemple, tourne sur un serveur Microsoft Exchange en utilisant l’adresse IP du connecteur SMTP et puis 25 comme numéro de port. Les ports les plus courants sont : * ftp (21), * telnet (23), * smtp (25), * www (80), * kerberos (88), * pop3 (110), * nntp (119) * et nbt (137-139). --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- HOSTNAME : Affiche le nom de la machine Ftp FTP: Client de téléchargement de fichiers ftp –s: * -s cette option permet de lancer des FTP en mode batch : spécifie un fichier textuel contenant les commandes FTP. --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- NsLookUp: envoie des requêtes DNS sur un serveur DNS au choix nslookup [domaine] [serveur dns] La commande NsLookUp permet d'envoyer des requêtes DNS à un serveur. Par défaut, si vous ne mettez pas le serveur DNS, la commande utilisera celui qui est configuré pour votre interface réseau (celui que vous utilisez pour naviguer sur internet, par exemple) mais vous pouvez forcer l'utilisation d'un autre serveur. Par exemple, pour demander au serveur DNS 10.0.0.3 l'adresse IP correspondante à l'adresse www.commentcamarche.net: nslookup www.commentcamarche.net 10.0.0.3 * Si vous ne précisez aucun paramètre pour nslookup, un shell s'ouvrira en attente de requêtes de votre part. -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Netsh (network shell : shell réseau) est un utilitaire en ligne de commande inclus dans la gamme des systèmes d'exploitation Windows NT (NT, 2000, XP, 2003 Serveur, Vista) à partir de Windows 2000. Il permet la configuration du réseau, localement ou à distance. Une utilisation classique de netsh est la réinitialisation de la pile TCP/IP à ses paramètres d'origines (Sous Windows 98, cette opération nécessitait la réinstallation de l'adaptateur TCP/IP). Dans ce mode, vous devez fournir à la commande un fichier journal (log). Celui-ci sera rempli avec les valeurs affectées par netsh. Netsh permet aussi (entre autres) de changer l'adresse IP de la machine. Exemples d'utilisations : - Réinitialisation de la pile TCP/IP : netsh interface ip reset C:\resetlog.txt - Adresse IP statique : netsh interface ip set address local static 123.123.123.123 255.255.255.0 - Adresse IP dynamique : netsh interface ip set address name="Connexion au réseau local" source=dhcp - Netsh et IPv6 : Netsh peut également être utilisé pour lire des informations provenant de la pile IPv6, cette commande est plus facile à utiliser que la commande IPv6.exe et fournit quasiment le même niveau d'information. Pour afficher votre adresse IPv6 en utilisant netsh : netsh interface ipv6 show address Autres commandes * %HOMEDRIVE% : ouvre l'explorateur sur la partition ou le système d'exploitation est installé * %HOMEPATH% : ouvre le dossier d'utilisateur connecté actuellement C:\Documents and settings\[nom d'utilisateur] * %PROGRAMFILES% : ouvre le dossier d’installation d’autres programmes (Program Files) * %TEMP% ou bien %TMP% : ouvre le dossier temporaire * %USERPROFILE% : ouvre le dossier du profil de l'utilisateur connecté actuellement * %WINDIR% ou bien %SYSTEMROOT% : ouvre le dossier d’installation de Windows * %WINDIR%\system32\rundll32.exe shell32.dll,Control_RunDLL hotplug.dll : affiche la fenêtre "Supprimer le périphérique en toute sécurité" * AC3FILTER.CPL : ouvre les propriétés du filtre AC3 (Si installé) * FIREFOX : lance Mozilla FireFox (Si installé) * JAVAWS : Visualise le cache du logiciel JAVA (Si installé) * LOGOFF : ferme la session actuelle * NETPROJ : autorise ou pas la connexion à un projecteur réseau (Pour Vista uniquement) * Vérificateur des fichiers système (Nécessite un CD de Windows si le cache n’est pas disponible): (Tutoriel ICI) o SFC /SCANNOW : scanne immédiatement tous les fichiers système et répare les fichiers endommagés o SFC /VERIFYONLY : scanne seulement les fichiers système o SFC /SCANFILE="nom et chemin de fichier" : scanne le fichier précisé, et le répare s’il est endommagé o SFC /VERIFYFILE="nom et chemin de fichier" : scanne seulement le fichier précisé o SFC /SCANONCE : scanne les fichiers système au prochain redémarrage o SFC /REVERT : remet la configuration initiale (Pour plus d’informations, tapez SFC /? dans l’invite de commande CMD. * SHUTDOWN : éteint Windows * SHUTDOWN –A : interrompe l’arrêt de Windows * VSP1CLN : supprime le cache d'installation du service pack 1 de Vista (Tutoriel ICI) Créer votre propre commande Pour ceux qui aiment tout faire avec le clavier, il est possible de créer vos propres commandes exécutables dans Menu démarrer > Exécuter. Nous allons prendre l'exemple de la commande netnavig qui exécutera Mozilla FireFox. * Ouvrez la base de registre. * Allez vers la clé HKEY_LOCAL_MACHINE puis les sous-clés successives \SOFTWARE\Microsoft\Windows\CurrentVersion\App Paths * Allez dans le menu Édition > Nouveau > Clé et donnez-lui le nom netnavig.exe * Faites un double-clic sur la valeur que vous venez de créer, puis allez de nouveau dans le menu Édition > Nouveau > Valeur Chaîne et donnez-lui le nom Path * Faites encore un double-clic sur la valeur créée et entrez le chemin complet de l'application que vous voudrez lancer, dans notre exemple c'est C:\Program Files\Mozilla Firefox, puis validez. Il est possible de copier ce chemin à partir de la barre d'adresse de l'explorateur directement. * Un autre double-clic sur la valeur (par défaut) et entrez l'exécutable de l'application avec son chemin complet : C:\Program Files\Mozilla Firefox\firefox, dans notre exemple. Ensuite, validez et fermez l'éditeur de registre. Ainsi vous pouvez exécuter Mozilla Firefox juste en faisant: Menu démarrer > Exécuter > taper netnavig et valider. Vous pouvez faire la même chose pour toutes les applications auxquelles vous voulez un accès rapide avec le clavier.
http://www.artup-concept.com/commandes-dos-de-windows.html

981 Consultant : des rémunérations qui grimpent en flèche - Les salaires informatiques 2011 en hausse - Journal du Net Solutions
DSI, consultant, chef de projet ERP... : toutes ces fonctions ont vu leur salaire moyen augmenter en un an. Certains profils tirent cependant mieux leur épingle du jeu que d'autres...
http://www.journaldunet.com/solutions/emploi-rh/les-salaires-informatiques-2011-en-hausse/salaire-d-un-consultant.shtml

919 Passion Carré
J'ai depuis toujours une attirance certaine pour les coupes au carré, passion que je partage avec mon épouse qui se prête au jeu pour mon plus grand plaisir. Je souhaite au travers de ce blog vous proposer des idées, des modèles de coiffures, partager des coups de coeur, et vous donner envie pourquoi pas, d'aller voir votre coiffeur. N'hésitez pas à me faire parvenir vos clichés 'Avant / Après' afin que je puisse les publier en respectant au mieux votre vie privée bien entendu. Bonne visite.
http://www.passioncarre.net/

916 HughLeCaine.com - Bonjour
Biographie On a qualifié le scientifique et compositeur canadien Hugh Le Caine (1914-1977) de "héros" de la musique électronique. Il a grandi à Port Arthur (maintenant Thunder Bay) dans le nord-ouest de l'Ontario. Très tôt, il a commencé à construire des instruments de musique et à expérimenter avec des appareils électroniques. Dans sa jeunesse, il imaginait des "sonorités merveilleuses" qu'il pensait pouvoir réaliser à l'aide de nouvelles inventions électroniques. Hugh Le Caine travaillant dans le laboratoire de physique de l'Université Queen à Kingston en Ontario, en 1938 Après l'obtention de son diplôme de maîtrise en science à l'Université Queen en 1939, il s'est joint au Conseil national de recherche du Canada (CNRC) à Ottawa. Il a travaillé au développement des premiers systèmes de radar et en physique atomique, se distinguant comme scientifique et publiant d'importants articles dans ces domaines. Chez lui, il poursuivait ses recherches en musique électronique et en génération de son. Il a monté son studio personnel en 1945 où il a débuté son travail indépendant sur la conception d'instruments de musique électroniques tels que la sacqueboute électronique, un instrument monophonique très élaboré qui est maintenant reconnu comme le premier synthétiseur contrôlé par tension. Par la suite, Le Caine a développé des systèmes de contrôle par tension pour une grande variété d'applications. En 1948, Le Caine est parti en Angleterre pour quatre ans où il a fait des études en physique, poursuivant son travail en musique électronique à son retour au Canada. Grâce aux démonstrations publiques de ses instruments, il a obtenu la permission de déplacer ses activités musicales au CNRC et de s'y consacrer à plein temps en 1954. Pendant les vingt années qui ont suivi, il a construit plus de vingt-deux nouveaux instruments différents. Il a collaboré au développement de deux des premiers studios de musique électronique à l'Université de Toronto (inauguré en 1959) et à l'Université McGill à Montréal (inauguré en 1964). Le laboratoire de Le Caine au CNRC a fourni pratiquement à lui seul l'équipement pour ces deux premiers studios. Les composantes de la saqueboute ont été séparées en unités indépendantes - ou modules - permettant au compositeurs de leur assigner une tâche spécifique au sein d'un ensemble. Le Caine a enseigné aux deux universités et a influencé toute une génération de compositeurs de musique électroacoustique. Ses nombreux articles et démonstrations personnelles ont eu un effet catalyseur dans la communauté canadienne et internationale. Il a exercé une influence indirecte sur le développement du synthétiseur modulaire Moog par l'entremise de Gustav Ciamaga, qui était familier avec les filtres de Le Caine et qui a par la suite encouragé Robert Moog à développer son filtre passe-bas contrôlé par tension. Un des aspects les plus importants des instruments de Le Caine est sans doute leur efficacité pour la performance, leur maniabilité. Son obsession pour le "beau son" l'a conduit à concevoir des instruments capables de produire un jeu expressif nuancé caractéristique de la tradition orchestrale. Il avait un sens aigu des besoins de l'interprète afin que celui-ci puisse exécuter les gestes qui, selon Le Caine, constituent l'essence de la musique. À cet égard, la sensibilité au toucher a été un élément essentiel et a été utilisée pour les claviers, les mixeurs et autres composantes, sous des formes d'application mécanique, électronique et au moyen de la sensibilité à la lumière. Sur ce point, les conceptions de Le Caine étaient tellement avancées que certaines des possibilités qu'il a développées n'ont connu d'application commerciale que dans les années 1980. Idéalement, un instrument de musique devrait offrir de bonnes qualités sonores et une certaine flexibilité dans son contrôle. Or ces deux objectifs ne sont pas toujours compatibles. Les instruments traditionnels exigent habituellement une longue formation avant que l'interprète puisse tirer parti de leurs qualités musicales. Dans la conception de ses instruments électroniques, Le Caine a tenté de mettre l'accent sur la maniabilité de l'instrument sans compromettre l'intégrité de la musique. Chacune de ses créations est une étude unique sur l'équilibre et le raffinement. Sur le CD, HUGH LE CAINE, COMPOSITIONS, DOMONSTRATIONS 1946-1974, nous pouvons entendre les enregistrements réalisés par Le Caine, où il explore et fait la démonstration des possibilités qu'offrent huit de ses instruments. Dripsody, sa composition de 1955 construite à partir du son d'une seule goutte d'eau, compte encore parmi les exemples les plus joués de musique concrète. Malgré l'accueil favorable que ses compositions ont à juste titre connu, Le Caine a conservé une attitude critique à leur égard : "Je ne me considérais pas comme un compositeur. Toutefois, j'ai senti que la seule façon de comprendre l'intérêt du compositeur pour un instrument était de l'utiliser moi-même dans les différentes formes musicales actuelles." Son humour dépréciateur à l'égard de lui-même est évident dans certains des titres qu'il a donnés à ses compositions, tel que A Noisome Pestilence (le titre est un calembours : l'anglais "noisome" signifie répugnant ou fétide, mais suggère également "noise" qui signifie bruit, d'où la traduction adoptée, "Une peste bruyante"). Lorsqu'on lui a demandé pourquoi il avait nommé sa première composition Dripsody, il a répondu : "Parce qu'elle a été écrite par une goutte."
http://www.hughlecaine.com/fr/

766 [WS001] Circuit-Bending – Initiation « Gasol
Introduction Le Circuit-Bending ou Circuitage désigne l’activité qui consiste à volontairement court-circuiter un appareil électronique (généralement sonore) afin de provoquer des comportements inattendus pour le détourner de son usage d’origine. Par exemple, un jouet sonore pour enfant ou une console de jeu généreront des sons ou des images plus ou moins aléatoires et imprévisibles. Ce terme à été introduit par Reed Ghazala dans les année 60 lorsqu’il court-circuita accidentellement l’un de ses instruments. Mais des méthodes similaires ont été utilisées auparavant par d’autres musiciens et ingénieurs. Cette activité peut être assimilée à une certaine forme d’art, de part le détournement, l’appropriation et la personnalisation de ces appareils ainsi que leurs usages lors de performances audiovisuelles. C’est l’art du court-circuit. On rencontrera souvent les termes Circuit-Bender ou Bender pour désigner la personne qui effectue ces modifications et on parlera de Bends pour toutes modifications apportées à l’appareil. Attention: Ne jamais tenter ces manipulations sur des appareils alimentés par une tension supérieure à 12V, risque d’électrocution. Ne pas torturer des appareils trop onéreux ou auxquels on tient, en effet il existe un haut risque de casse irréversible qui transformera le jouet en un joli presse papier. Un peu de théorie Le Circuitage ne demande pas de grandes connaissances en électronique, mais quelques bases sont nécessaires à l’appréhension de cette activité. Notamment la reconnaissance des divers composants électroniques qui seront utilisés ou court-circuités. Résistances La résistance est surement le composant le plus répandu. Sa principale caractéristique est d’opposer une plus ou moins grande résistance à la circulation du courant électrique. Sa valeur (mesurée en ohms) peut être déterminée par un code couleur ou lue sur le boîtier des composants les plus récents. Potentiomètres Un potentiomètre n’est autre qu’une résistance ajustable. Il possède 3 pattes ainsi qu’un système mécanique permettant la variation de la résistance. Photo-résistances Une photo-résistance est également une résistance dont la valeur varie en fonction de l’intensité lumineuse. On peut également le nommer résistance photo-dépendante (light-dependent resistor (LDR)) ou photoconducteur. Condensateurs Un condensateur est un composant électronique ou électrique élémentaire qui a pour propriété principale de pouvoir stocker des charges électriques opposées sur ses armatures. Il est utilisé principalement pour stabiliser une alimentation électrique, traiter des signaux périodiques, séparer le courant alternatif du courant continu, stocker de l’énergie. Diodes La diode est principalement utilisée comme convertisseur de courant alternatif vers du courant continu ou comme multiplicateur ou régulateur de tension. C’est un composant polarisé, ce qui signifie que le sens de branchement a une importance sur le fonctionnement du montage. Diodes Electro-Luminescentes (DEL / LED) La LED possède la particularité de générer de la lumière lorsqu’elle est parcourue par un courant. De la même manière que la diode, ce composant est polarisé. Transistors Le transistor est le composant actif utilisé principalement comme interrupteur commandé ou pour l’amplification, mais aussi pour stabiliser une tension ou moduler un signal. Circuits intégrés Le circuit intégré (CI), aussi appelé puce électronique, est un composant électronique reproduisant une ou plusieurs fonctions électroniques plus ou moins complexes, intégrant souvent plusieurs types de composants électroniques de base dans un volume réduit, rendant le circuit facile à mettre en œuvre. Il existe une très grande variété de ces composants divisés en deux grandes catégories : analogique et numérique. Interrupteurs Un interrupteur est un dispositif permettant d’interrompre ou d’autoriser le passage d’un flux. Boutons poussoirs Le bouton poussoir est une touche tactile qui permet de faire une liaison électrique momentanée le temps que l’on appuie dessus ou, sur certains modèles inversés, d’ouvrir temporairement le contact électrique. Connecteurs Jack Format de connecteur mâle et femelle généralement utilisé pour les connexions audio de types casques et micros. Le mini Jack fait 3,5 mm de diamètre, le jack normal fait 6,35 mm. Matériel et compétences Pour mener à bien ces projets et en plus de certains composants cités ci-dessus, il faudra être équipé du matériel basique (tournevis, fer à souder, étain, pompe à dessouder, câblage, pinces coupantes, pinces croco, perceuse, dremel …) De plus, il faudra un minimum de compétences en soudage, mais tout le monde se souvient des cours de technologies au collège et dans tous les cas, ces compétences s’acquièrent vite après quelques essais. Il faudra simplement veiller à ne pas déposer la panne du fer trop longtemps sur un composant pour ne pas l’endommager et ne pas faire baver l’étain au risque de créer un court-circuit non souhaité. Il faudra également s’armer de patience, c’est la qualité première et la plus haute compétence d’un Bender. En effet, un jouet nécessite généralement entre 4 à 12h pour être modifié (dont les 3/4 de ce temps sont consacrés à la recherche des Bends). Avec l’expérience ce temps sera considérablement réduit. Beaucoup de pratique Victimes potentielles Pour débuter, l’idéal est de s’attaquer à des appareils peu couteux tels que des jouets sonores récupérés dans votre cave ou lors de vide-greniers. Les plus réputés étant les jouets vintages du type Dictée Magique et dérivés (Speak&Spell/Math/Learn), les insupportables Furby, les petits synthétiseurs type Casio SK-1 … Tout ce qui possède un haut-parleur, fonctionne sur piles ou en dessous de 12V. Plus particulièrement les appareils fabriqués durant les années 80/90 qui ne sont pas encore équipés de composants électroniques sophistiqués ou de circuits entièrement numériques. Les constructeurs les plus connus sont: Texas Instruments, Casio, Vtech, Coleco, Creatoy. Il est évidemment possible d’élargir les domaines de recherches à des appareils plus élaborés mais gare à l’irréversible court-circuit meurtrier qui mettra définitivement la machine hors-service. Recherche Il faut tout d’abord désosser votre cible pour mettre à nu le circuit électronique. Ensuite, on allume le jouet pour lui faire émettre un son et on test simplement sa réactivité en posant plusieurs doigts simultanément sur différents endroits du circuit. Généralement, un effet de « pitch » se fait entendre (baisse/augmentation de la tonalité), on comprend alors que la machine est sensible au Circuitage et les choses sérieuses peuvent donc commencer (toutes les machines ne sont pas forcement sensibles au toucher, mais c’est une bonne technique d’approche). Afin de ne pas avoir à mémoriser tous les endroits sensibles, l’idéal est de prendre une photo du circuit, de la transferer sur un ordinateur et ainsi noter pas à pas à l’aide d’un logiciel de dessin type MSPaint ou Photoshop tous les Bends découverts. Certains les notent directement sur le circuit à l’aide d’un stylo ou d’un feutre, mais l’encre contenant généralement du carbone et le carbone étant conducteur, il existe un risque de court-circuit non désiré dont on pourra difficilement se défaire. La première et la plus simple des modifications à apporter à son appareil est le raccordement à un ampli ou une console de mixage. Il sera alors possible d’enregistrer les sons de la machine ou de l’utiliser lors de performances live. Pour ce faire, on repère généralement le haut-parleur et on le remplace ou on installe en parallèle un connecteur Jack. Dans le second cas, l’ajout d’un interrupteur pourra servir à basculer entre la sortie audio ou le haut-parleur. On peut maintenant commencer à parcourir méthodiquement ou au hasard le circuit à l’aide d’un testeur. Le plus simple est d’utiliser des pinces croco que l’on raccordera à deux petits tournevis d’horloger. On place la pointe du premier tournevis qui restera stationnaire sur un point du circuit et avec le second on parcourt différents autres points en écoutant les changements de sons intéressants que l’on note au fur et à mesure sur notre photo. On poursuit ensuite en déplaçant le premier tournevis sur un autre point et en recommençant notre parcours avec le second. On répète cette procédure jusqu’à ce que la totalité du circuit ait été parcouru ou lorsque nous estimons avoir trouvé toutes les modifications souhaitées. Les Bends les plus courants sont généralement: la sortie audio permettant l’amplification, le volume, l’overdrive/distortion, les glitches, les boucles, le bouton reset. Dans certains cas, les Bends ne sont pas compatibles entre-eux. La machine plantera irrémédiablement dès lors qu’on activera plusieurs Bends simultanément. On peut alors décider de continuer la quête des modifications compatibles ou bien éviter d’en activer plusieurs à la fois. Câblage et placement des composants La prochaine étape est le raccordement des différents points du circuit trouvés précédemment. On les relie entre eux en soudant un fin câble de cuivre sur chaque point. On placera ensuite, par exemple, un interrupteur entre deux de ces câbles allant de paires, de manière à (dés)activer notre court-circuit. Il est aussi possible dans certains cas de remplacer ou coupler l’interrupteur à un potentiomètre ou une photo-résistance qui appliquera une plus ou moins grande résistance au passage du courant, atténuant ou accentuant ainsi l’effet du court-circuit (très utile pour les effets de pitch/volume/overdrive). Il est préférable de ne pas souder le composant avant de l’avoir monté sur le châssis de la machine, de manière à ne pas le dessouder par inadvertance lors de son placement. Utile aussi pour connaitre la bonne longueur des câbles et leur cheminement et ainsi éviter les surplus qui empêcheraient la fermeture du boitier. Pour percer le châssis, on utilisera une petite perceuse ou un Dremel. Le positionnement des composants est libre mais attention à choisir un emplacement qui ne gênera ni la fermeture, ni l’ergonomie du boitier. En effet, un composant mal placé et difficilement accessible pourrait compromettre la spontanéité de la performance. Afin de ne pas trop endommager le châssis, il est aussi possible de raccorder tous les composants sur un boitier externe qui servira de contrôleur. Dans ce cas, l’utilisation d’un câble nappe tel que l’on trouve dans un ordinateur peut être très pratique pour ne pas avoir des dizaines de fils qui sortent du châssis (un câble SCSI est parfait pour ce type de montage). Tests Il est maintenant l’heure de tester notre nouveau jouet ! Liens utiles http://www.anti-theory.com : Reed Ghazala, père du Circuit-Bending http://www.casperelectronics.com : Peter Edwards, grand maître Bender http://gieskes.nl : Gijs Gieskes, un extra-terrestre http://bitcrusher.free.fr : Mon cher ami Bitcrusher, grand Bender francophone http://www.dataglitch.org : Label associatif regroupant des amoureux des technologies Lo-Fi http://www.getlofi.com : Astuces et ressources pour débutants ou vétérans http://www.sailormouth.org : Des infos et des schémas très utiles http://www.datamath.org : Musée des produits Texas-Instruments http://www.miniorgan.com : Base de données de jouets plus ou moins rares Créations personnelles Screaming Teacher aka Talking Teacher – Coleco Le Livre Tragique aka Le Livre Magique – TI Speak’n'Glitch’n'Bleep’n'Math aka Speak’n'Math – TI La Tortu(r)e aka Tortue Musicale – Carrefour LoFi Mic aka Téléphone à cadran – Socotel
http://www.gasol.fr/2010/06/30/5/

760 Freeoldies, the abandonware search engine, oldies, vieux jeux

http://www.freeoldies.com/fo_game.php?id=5143&lang=fr

708 Lightwave - Wikipédia
Lightwave est un duo français de musique électronique fondé initialement en 1985 par Serge LEROY, Laurent BOZECK et Christian WITTMAN, reconstitué depuis 1988 autour du duo Christoph HARBONNIER et Christian WITTMAN. Grâce à une approche ludique et intuitive des anciennes et nouvelles lutheries électroniques, des matières sonores, Lightwave explore des mondes poétiques et sensuels, joue avec les sons comme avec des couleurs, des formes, des objets concrets ou des dimensions spatiales. La musique du groupe s’apparente à une suite d’aventures et d’architectures sonores, évoluant librement entre le concept et l’imagination, entre la géométrie et le labyrinthe. plongeant l’auditeur dans un film dont il invente le scénario et les images. Sur scène comme en studio, Lightwave privilégie le live électronique et le mélange d'instruments acoustiques, par un jeu direct, une composition qui se bâtit dans l’écoute et l’échange comme un trio de jazz ou un quatuor à cordes. Au fil de huit albums parus (label SIGNATURE Radio France, ERDENKLANG - Allemagne, Hearts of Space et Horizon Music - USA..), dont les deux derniers sur le label Signature - France Musiques - de Radio-France, la musique de Lightwave a su aussi captiver de larges publics, dans des concerts évènements ou sous la forme d’installations et de créations sonores spectaculaires dans des sites industriels, géologiques et historiques (Gazomètre géant d'Oberhausen en Allemagne, les Grottes de Choranche dans le Vercors, la grande coupole Bischoffsheim de l'Observatoire de Nice, la Nuit Blanche 2007 à Paris à la piscine Simone de Beauvoir. Lightwave compte de nombreuses collaborations notamment avec des artistes comme Hector Zazou (Les Nouvelles Polyphonies Corses, Chansons des Mers Froides, Shara Blue...), Michel Redolfi, Jon Hassell, Paul Haslinger...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Lightwave

518 LA MUSIQUE INDUSTRIELLE
QU’EST-CE QUE LA MUSIQUE INDUSTRIELLE ? Vous trouverez chez les disquaires bien achalandés un coin réservé aux albums d’ " indus ", souvent mélangés au gothique, à la cold ou encore aux indépendants. Les couleurs noire et grise dominent les pochettes et les noms des groupes sont souvent longs et imprononçables, à consonance allemande ou anglaise. Pour continuer dans le cliché, on peut décrire la musique industrielle comme un style basé sur des percussions métalliques qui martèlent, accompagnées de bruits agressifs souvent dissonants et de voix trafiquées, criées plus que chantées. En fait, l’indus est pour beaucoup une musique suspecte, appréciée par d’étranges mélomanes qui n’auraient pas compris que la musique moderne est faite pour distraire, pour danser ou encore adoucir les mœurs. Peu de gens savent en fait ce qu’est l’industriel à proprement parler. Pourtant ce style a été très productif et une partie de la musique actuelle s’en inspire. A la base, l’industriel est un mouvement de contestation sociale et artistique. Il rejette le contrôle de la musique populaire par les businessmen, les médias et tous les hommes de pouvoir. Son essor est marqué par la création d’Industrial Records, à Londres, à la fin des années 1970 par le groupe Throbbing Gristle. C’est un des premiers labels indépendants, une entreprise de production et de diffusion de cassettes audio et de 33 tours, qui laisse ses musiciens s’exprimer sans contrainte, ni censure, ni souci de rentabilité. Il développe une " stratégie de guérilla " contre les major company, ces entreprises qui soumettent la musique populaire aux lois du marché. Plus généralement, le mouvement industriel vomit l’industrie des loisirs orchestrée par les grands médias. Il cherche à faire réfléchir sur la propagande et le marketing, sur l’utilisation de l’art et des diverses techniques de communication pour convaincre et dominer. L’ambition est de créer une alternative à la culture de masse afin de lutter contre l’uniformisation des esprits. Pape de l’industriel, Genesis P-Orridge (alias Neil Megson) explique qu’au départ le but est de "savoir jusqu’où on pouvait métamorphoser et coller le son, présenter des sons complexes et non-divertissants dans une situation de culture populaire, afin de convaincre et de convertir. Nous voulions réinvestir la musique rock avec un contenu, une motivation et un risque. " Apparu en même temps que le punk, l’industriel se veut plus radical, plus réfléchi et surtout plus novateur en matière musicale. Il milite pour l’éclatement des codes musicaux qu’ils soient rock, jazz, classique ou pop. Recherchant l’imprévu, fuyant le formatage, il puise dans différents styles. Par ailleurs, de nouveaux instruments sont incorporés à la musique. Les membres d’Einstürzende Neubauten utilisent des perceuses, de l’eau, des tôles, ou même leurs dents pour produire des sons originaux. Dès le départ, les instruments électroniques ont été privilégiés : boites à rythme, synthétiseurs et les tout premiers échantillonneurs (sampleurs), dès le début des années 1980. Ces instruments électroniques aidant, l’indus a été produit par des non-musiciens et a développé la répétitivité (utilisation des séquenceurs). C’est dans ce sens que l’industriel est pour une bonne part à l’origine de la techno. L’industriel ne se limite pas au départ à un courant musical, c’est une tentative d’art total. Soit les musiciens indus sont des touches à tout en matière artistique (Genesis P-Orridge, Jim Thirlwell), soit ils collaborent fréquemment avec des cinéastes, des troupes de théâtre ou de danse contemporaine. Pour les disques, le graphisme des pochettes compte parfois autant que la musique elle-même. Dans toutes ses expressions artistiques, l’industriel recherche la provocation la plus radicale, le choc et la confusion. Les thèmes développés sont autant de tabous : le totalitarisme sous toutes ses formes (propagande, uniformes militaires, symboles païens, plus ou moins fascistes ou nazis) ; le sado-masochisme, bouffonnerie spectaculaire parodiant les rapports humains ; la mort. C’est un constat froid des horreurs du monde, l’irruption de la laideur sous toutes ses formes dans la musique populaire. Mais attention, l’humour, le sarcasme et le cynisme sont essentiels dans l’indus. L’ironie et l’ambiguïté sont fondatrices : la musique qui se proclame industrielle s’oppose à l’industrie de la musique et aux valeurs de la société industrielle. Les membres de Throbbing Gristle troquaient volontiers leurs uniformes pour des chemises hawaïennes, Current 93 s’est pris de passion pour le héros enfantin Oui-Oui (Noddy), Laibach a parodié pompeusement les Beatles, Clair Obscur a chanté les cours de la bourse, après avoir smurfé au goulag, et Foetus s’est fait connaître par une parodie de disco en l’honneur du marquis de Sade (avant Mylène Farmer !). Tous les musiciens qui se prétendent industriels mais s’expriment sans cette ironie fondatrice ou sans véritable recherche musicale utilisent le terme abusivement. Dès 1981, Throbbing Gristle se sépare. Genesis P-Orridge explique : " nous avons quitter un milieu envahi par des idées et des gens malsains, parce que ces gens ont choisi de ne pas comprendre ce que nous disions. C’est devenu une surenchère de provocation ". On a assisté en effet à une dérive et un appauvrissement musical. L’industriel est devenu un style parmi les autres. Comme tout mouvement contestataire, il a été récupérée ; à la fois par les médias et par des mouvements d’extrême droite. Ainsi on a pu entendre, dans des publicités télévisées, des percussions métalliques pour vanter les mérites de slips très masculins, ou bien des bruits de mécanique qui déraille sortant d’un autoradio, pour vendre une voiture à la mécanique irréprochable. Les liens avérés avec l’extrême-droite ne concernent que quelques uns : en particulier Boyd Rice (du groupe NON) et plusieurs pâles ersatz du groupe de folk industriel Death in June, englués dans une soupe européaniste nauséabonde, où se mêlent révolution conservatrice, paganisme nordique ou celtique, thèmes guerriers et romantisme noir. Ces connivences ont jeté le discrédit sur tout le mouvement industriel. C’est oublier que les artistes d’Industrial records refusaient de s’exprimer sur le terrain politique traditionnel, que des groupes se sont engagés à gauche (Test Dept), tandis que d’autres ont affirmé leur rejet de l’extrême-droite (Front 242). Beaucoup cependant répugnent à se justifier et continuent de jouer le jeu dangereux de la provocation fasciste. Il y a peu le groupe allemand Substanz t. a échantillonné la phrase suivante dans un morceau : " if you don’t like fascism, don’t play industrial music " (compilation teknoir, 1998).
http://nksinternational.free.fr/indus.html

325 Electronic_a # 11: Jeudi 29 avril 2010
Ben Edwards est un humble artisan amoureux de l’analogique, archéologue des temps pré-électroniques. "la musique synthétique", comme on l’appelait alors. Ben collectionne les synthétiseurs et en a accumulé une quantité invraisemblable. Si les noms suivants ne vous disent rien, Korg Modular, Oberheim SEM, Roland 100 M … souvenez-vous de Abbey Road ou de Blade Runner. C'est tout un pan de la musique pop qui fut irrigué des vibrations quasi cosmiques de ces machines et c’est une âme singulière et poétique que nous retrouverons ainsi ce soir. Ce que la presse en dit: « De son vrai nom Ben Edwards, Benge développe depuis ses premiers pas musicaux une passion peu commune pour les synthétiseurs, passion qui l’a conduit à amasser au fil du temps une collection de machines qui ferait baver d’envie bien des aficionados de la chose. Obsédé par cette famille d’instruments aux possibilités infinies et compositeur stakhanoviste si il en est, Benge passe sa vie à disséquer les algorithmes abscons de chacune de ses machines qu’il connaît jusqu’au plus profond de leur process électroniques » - A découvrir absolument « Album concept que ce Twenty Systems puisqu’il s’agit, en vingt pistes plutôt courtes, de présenter vingt synthétiseurs différents, un par année de 1968 à 1988. Dans un esprit didactique, le disque est accompagné d’un livret cartonné de 52 pages détaillant les caractéristiques de chaque synthétiseur tandis que les morceaux portent le nom de l’instrument ayant été utilisé pour chacun et l’année correspondante (utilisation unique et solitaire d’ailleurs, Ben Edwards indiquant n’avoir employé aucun autre effet ou appareil en dehors de ces synthétiseurs). » - Etherreal « Avec ce disque poétique, à la naïveté parfois désarmante (Yamaha CS30) mais toujours très inspiré, Benge nous fait voyager à travers les époques et rend un bel hommage à ces machines pleines de chaleur (qui sont pour certaines de véritables antiquités !) et à leurs géniaux créateurs. Rarement une leçon d'histoire aura été aussi délicieuse que celle-ci. » - Pop News « La musique de Ben Edwards est en effet bien plus et bien moins qu'un impossible catalogue de sons ou une ode technopositiviste : c'est un réenchantement viscéral du son électronique. » - Chronic’art « A brilliant contribution to the archaeology of electronic music » - Brian Eno « Indicates what a deliriously desirable thing the synthesis of sound has historically been » - The Wire « Absolutely cast iron irrefutable proof that synthesisers are better than guitars » - Vice Magazine
http://bellegarde.toulouse.fr/archives/154-electronica11

282 Guide d'autodéfense numérique
[…] nous n'avons pas envie d'être contrôlables par quelque « Big Brother » que ce soit. Qu'il existe déjà ou que l'on anticipe son émergence, le mieux est sans doute de faire en sorte qu'il ne puisse pas utiliser, contre nous, tous ces merveilleux outils que nous offrent — ou que lui offrent — les technologies numériques. […] Même si l'on choisit de ne pas les utiliser directement, d'autres le font pour nous. Alors, autant essayer de comprendre ce que ça implique. […] Face à ces constats, la seule voie praticable semble être de devenir capables d’imaginer et de mettre en place des politiques de sécurité adéquates. Tout l’enjeu de ce guide est de fournir cartes, sextant et boussole à quiconque veut cheminer sur cette route. Un guide à lire, relire, pratiquer, en solitaire ou à plusieurs, à faire découvrir et à partager… ou comment affiner l'art de la navigation dans les eaux troubles du monde numérique.
http://guide.boum.org/

247 Le nouveau Facebook : un guide complet pour les éditeurs, les annonceurs, les utilisateurs et la concurrence  | ReadWriteWeb France
Facebook a secoué le monde des technologies en annonçant une série d'innovations majeures qui constituent, prises dans leur ensemble, un mouvement destiné à  fai facebook inc,web sémantique,web social
http://fr.readwriteweb.com/2010/04/26/a-la-une/nouveau-facebook-guide-complet-les-diteurs-les-annonceurs-les-utilisateurs-concurrence/

145 France Culture - L'éloge du savoir -- Sélection France Culture de conférences prononcées tout au long de l'année
Intégrale en Peer to Peer de l'émission de France Culture "L'éloge du savoir" Projet Afin de satisfaire toutes les gourmandises, tous les appétits de connaissance et , grâce à son site Internet, pour contribuer à la diffusion du savoir à travers le monde, France Culture s'est associée à trois des hauts lieux de la diffusion de la culture en France : le Collège de France, la Bibliothèque nationale de France et l'Université de tous les savoirs. Ainsi, chaque matin, du lundi au vendredi, à l'ouverture de l'antenne, une conférence d'une heure vous est proposée sur nos ondes : Les trois premières semaines de chaque mois : - du lundi au jeudi : un cours du Collège de France - le vendredi : la conférence de l'Université de tous les savoirs prononcée le jeudi de la semaine précédente La quatrième semaine de chaque mois : - du lundi au vendredi : une conférence publique de la BNF - le vendredi : la conférence de l'Université de tous les savoirs prononcée le jeudi de la semaine précédente (sauf changement de programmation) Et sur franceculture.com, toutes les conférences diffusées à l'antenne restent écoutables en archives.
http://www.freewebs.com/elogedusavoir/

101 - 201